Partir en voyage : de l’idée à la réalité – Partie 3 : Avec des enfants…

Même si cela fera certainement crisser des dents quelques-uns de vos proches, partir avec votre enfant n’est pas impossible. Il faut juste plus d’organisation et rajouter une couche en termes de sécurité.

La première des choses est de bien vous connaitre vous même ainsi que votre enfant. Faire de petits voyages tests permet de voir comment réagi le véhicule, l’aménagement, mais dans ce cas ci, surtout d’adapter l’enfant au nomadisme et à créer la cohésion de groupe.

Il est vrai que partir avec un enfant de moins de 2-3 ans reste très contraignant. L’enfant ne peut exprimer clairement sa souffrance ou son malaise. Il peut être judicieux de se « restreindre » aux pays occidentalisés et éviter les longues périodes loin de tout.

A partir de 3 ans, l’enfant peut suivre ces parents n’importe où. Il faut bien entendu aménager le planning des journées en fonction de lui mais cela reste classique dès que l’on voyage autrement qu’en solitaire.

Pour les jeunes enfants, il faut tenir compte de quelques « règles de sécurité »:

 

protéger les enfants:

Même si cela parait évident, il est primordial de sécuriser les jeunes enfants vis à vis des dangers mais aussi des stress engendrés par certaines situations. Lors d’un plantage en règle, d’un passage de douane compliqué ou tout simplement d’une zone « à risque », il faut penser aussi à comment l’enfant va percevoir et interprété cette péripétie. Les enfants sont de réels catalyseurs de leurs parents: si les parents sont bien, l’enfant sera bien…Le contraire est également vrai. Ainsi, si un enfant dort mal, semble couver une maladie, il faut peut être penser à ralentir le rythme et prendre du temps pour lui. De plus, il est important de lui expliquer ce qui se passe, pourquoi on s’arrête, pourquoi ci ou ça. Bref : Communiquer !

De même, il est vital de préserver le sommeil de vos enfants. Il ne faut pas négliger les siestes et les bonnes nuits de sommeil afin de limiter les crises, les maladies et le « pétage de câble »…

P9201917 [1024x768]         P5060521 [1024x768]

eau-nourriture:

Si un adulte peut comprendre le fait de rationner la nourriture ou la boisson, et de fait, de souffrir du manque, il n’est pas possible de demander la même chose à un enfant. Ce dernier n’a pas les réserves d’un adulte et les dangers de déshydratation sont accrus. D’où l’importance de toujours avoir de quoi nettoyer et désinfecter l’eau que l’on peut trouver sur le parcours.

Il faut également penser à respecter au maximum (ce n’est pas toujours possible) les besoins nutritionnels de l’enfant afin de limiter les carences.

P9290909 [1024x768]

expliquer l’interdit:

toujours expliquer l’interdit. La curiosité est quelque chose de formidable, mais parfois dangereuse. Ainsi, plutôt que de réprimander à longueur de journée : « ne pas s’approcher du précipice »,  » de ne pas mettre les mains n’importe où », etc., expliquer peut faciliter le travail. La terre friable de la falaise peut tomber, certains animaux peuvent être dangereux et des plantes urticantes. En plus vous pouvez joindre l’utile à l’agréable en transformant le « sermon » en une leçon de biologie.

P5090659 [1024x768]         _IGP3783 [1024x768]      P4082188 [1024x768]

 

Hormis ces « règles des sécurité » il y a aussi quelques conseils que nous connaissons mais que nous n’appliquons pas toujours.

Ainsi il ne faut jamais poser les affaires directement au sol. Utiliser une bâche, une table et des chaises, permet de s’isoler du sol et s’être sur de ne rien oublier. De plus, cela permet d’éviter certains désagréments liés aux « P’tites bébêtes »…

_IGP2219 [1024x768]

Il faut aussi éduquer les enfants dès le plus jeunes âge à ne pas gaspiller que ce soit l’eau, la nourriture ou l’énergie…ceci restant bien sur valable en France.

Il est de même essentiel de prévoir des activités adaptées aux enfants durant les « sessions touristiques » mais aussi durant la route. On ne peut pas demander à un enfant de 5 ans de s’extasier durant 2h devant la beauté du paysage, fusse t’il grandiose. Ainsi, transformer un voyage en session de jeu peut par exemple permettre de réviser ses connaissances naturalistes ou ses personnages de film, sur le principe du « P’tit Bac ». Il faut penser à laisser jouer votre enfant…

P3231786 [1024x768]        _IGP2244 [1024x768]       P3291860 [1024x768]

 

Même chez les grandes familles de baroudeurs, il semble qu’à un certain âge, nombre d’adolescents souhaitent ralentir le rythme des voyages. La vie de nomade contraint à recréer des liens d’amitié à chaque retour. Ainsi, pour éviter tout sentiment de « déracinement », il est important de se ménager des plages « fixes » entre les voyages. Il faut maintenir les liens avec la famille et profiter des nouvelles technologies pour que l’enfant partage son aventure avec ces amis. Il peut alors être intéressant de mettre les instituteurs dans le coup.

 

En conclusion, cette « introduction-en 3 parties » devrait être suffisante pour pallier aux plus gros aléas. Il reste néanmoins à ne pas négliger la préparation du véhicule et son aménagement. Leurs sujets sont tellement complexes que des articles séparés sont nécessaires.

Ensuite, il ne reste plus qu’à tourner la clé et à profiter de l’aventure.

Bien sur, toutes ces informations sont issues de notre propre expérience et des nombreuses discussions avec des voyageurs rencontrés durant nos périples. Il n’y a pas de loi absolue. Le principal est de profiter du voyage.

En cas de question, n’hésitez pas à nous contacter

 

Posted on: 18 mai 2015, by :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.