L’art de casser au bon endroit…

Tout le monde sait qu’en voyage, les pannes et autres déconvenues permettent de belles rencontres. Il n’empêche que tout le monde tente de fiabiliser son véhicule au maximum et que les voyages tests permettent de … tester et casser son véhicule pour le fiabiliser.

Bien entendu, nous faisons également la même chose (un peu d’illogisme est toujours bien).

 

Après un petit périple qui nous a emmené d’Angers à la Suisse (promis on vous raconte nos vacances ponctuées de rencontres voyageuses dans un prochain article), nous en profitons pour s’arrêter chez Matt&Marion.

Aparté
Pour ceux qui ne connaissent pas, Matthieu c’est le créateur du véhicule Mattrol. Pour faire simple, c’est Matthieu qui créé LE véhicule idéal pour le raid pour que sa maman aille faire des supers voyages (Mongolie notamment), le véhicule est ensuite utilisé par 2 jeunes qui continuent à s’en servir actuellement. Bref c’est un Nissan patrol 3.3TD  avec tente de toit incorporé.
Quelques liens ICI ou LA et encore LA ou LA (pour la mécanique) ou bien LA (pour le voyage en cours).
Matthieu nous avait déjà énormément aidé avec notre propre Patrol. On ne fera pas la liste de toute l’aide qu’il nous a fourni mais sans lui, il nous aurait été compliqué d’avoir accompli ce que l’on a fait.

Bref, nous avons hâte de les revoir, de leur montrer notre nouveau véhicule. Nous roulons tranquillement et lors de l’approche finale, à 500m de chez Matt&Marion nous cassons le 4×4.

C’est LA casse au pire et meilleur endroit.

C’est à dire que dans une intersection avec un virage très serré en pleine montée (la vraie montée bien galère même avec une petite voiture légère), le véhicule peinant, Stéphane tente de rétrogradé (en première ou seconde), on entend un gros CRAC et puis le moteur s’affole et les roues refusent de bouger.

Enfin, si, elles veulent bien… mais dans le mauvais sens (celui de la pente..youhou)…

Pied sur le frein, on lâche l’accélérateur, le moteur se calme. Ouf, à priori ce n’est pas le moteur.

On repasse la première, on tente d’avancer, le véhicule recule…
Impossible de descendre du véhicule pour voir, Stéphane doit rester le pied sur la pédale de frein, Elise est coincée entre Stéphane et le siège auto de Syoban (autre nouvelle aventurière, même chose que pour les vacances, on vous la présente dans un prochain aricle ;-)).

On hésite à se mettre en 4×4 pour tenter d’avancer tout de même. On appelle au secours Matt&Marion et en attendant on discute avec un monsieur qui débroussaille à coté. Il a bien entendu un gros bruit et en faisant le tour du véhicule nous apporte une pièce qui ne pousse pas sur le goudron habituellement.

Un morceau de cardan!

Ouf, si ce n’est que ça, ça pourrait le faire.

 

Matthieu arrive avec son patrol, nous sangle et regarde ce qui est cassé. A priori, c’est l’arbre entre la boite de vitesse (BV) et la boite de transfert (BT). Donc aucune capacité de locomotion même en enclenchant le pont avant (= se mettre en 4×4) puisque la puissance du moteur n’arrive pas à la boite de transfert…

Matthieu nous remorque jusqu’à chez lui. Ça parait simple, mais sur des petites routes en lacets avec en plus des gravillons dans les virages, et bien on est content d’être, relativement, légers !

Avec tout ça, notre collection de petits bonhommes légos s’est fait la malle et seul Robin-des-Bois tient encore debout.

Une fois arrivé nous prenons le temps de respirer (Matthieu est toujours hyper serein dans ces cas là, ça fait du bien). On vérifie la panne et on passe la soirée tranquille.

Le lendemain, Stéphane démonte ce qu’il reste de l’arbre et le nettoie.

Entre la BV et la BT, il y a un mini arbre avec double croisillon le tout faisant 17cm de long. Visiblement, c’est de la bidouille avec un arbre cannelé soudé sur un cardan raccourci au maximum. C’est ce cardan a cassé.

Matthieu cherche dans son stock de pièces et fini par dégoter un cardan qui semble identique et un arbre qui s’y adapte. Plus qu’à adapter !

Donc découpe de l’arbre, avec usinage sur le tour, modification du cardan dans lequel viendra s’insérer les cannelures, soudure, re-passage sur le tour pour tenter de faire une pièce la plus équilibrée possible. Faut rappeler qu’un arbre ça tourne vite en cinquième !

 

Puis, on remet le tout !

 

C’est le cardan de gauche qui avait cassé. Le nouveau est bien plus résistant que celui d’origine (suffit de le comparer visuellement avec les photos de la pièce cassée).

Au final, la réparation aura nécessité moins de 2.5 jours pour être réparée !

Donc, oui on a cassé, oui on s’est fait peur, oui ça aurait pus être assez dangereux mais comme cette pièce devait casser tôt ou tard, c’était bien le meilleur endroit pour le faire !

On a pu passer du temps chez Matt&Marion, voir leur P’tit bout, parler projet (chut on dira rien de l’idée de Matthieu mais on a hâte de voir le résultat !), passer du bon temps, etc…Encore MERCI pour le sauvetage et l’accueil !!!

 

Posted on: 28 juillet 2018, by :

1 thought on “L’art de casser au bon endroit…

Laisser un commentaire